Texte à méditer :  Devenir partenaire et avoir votre bannière ici avec lien vers votre site: Cliquer ICI   
Menu

Fermer Partenaires

Fermer Diaporamas

Fermer Tutoriels en Vidéo

Fermer Outils Web

Fermer Articles

Fermer Cours Programmation

Fermer Vidéos

Fermer Cours en vidéo

Logiciels gratuits

Fermer Bureautique

Fermer E-Mail

Fermer Multimédia

Fermer Réseaux

Fermer utilitaires

Ateliers Privés
Liste Privée
Créations perso
home.gifBienvenue sur Thoms87

 


Un moment de détente ?

Qui sommes nous ?



Votre site de partage entre Internautes débutants ou expérimentés. Que ce soit pour une toute première initiation ou pour découvrir de nouveaux logiciels, pour progresser ou pour se distraire.
Les principales techniques de l'informatique multimédia, communication, bureautique, photo numérique, vidéo, dépannage, discussion...

Et

Toutes les idées sur le numérique ...

Alors, inscrivez vous c'est Gratuit

S'Inscrire gratuitement sur le site


news.gifLes 6 dernières nouvelles


LibreOffice : l'alternative libre et gratuite à Microsoft Office - par louis le 04/02/2023 @ 18:31

Félix Marciano
04/02/23 10:45

LibreOffice, la célèbre suite bureautique libre et gratuite, vient de passer en version 7.5.0. Une mise à jour importante qui lui apporte une interface modernisée et, surtout, une foule de nouvelles fonctions pratiques.

Comme prévu dans son plan de développement pluriannuel, The Document Foundation a publié fin janvier 2023 la version 7.5.0 de LibreOffice, sa célèbre suite bureautique gratuite compatible Windows, macOS et Linux. Au menu, une foule d'améliorations visuelles et fonctionnelles qui donne encore plus d'ampleur à ce monument du logiciel libre, qui rappelons-le, est vivement conseillé par les institutions et les administrations française, en remplacement des solutions commerciales et propriétaires comme Microsoft Office – ou Microsoft 365, sa déclinaison sur abonnement en ligne.

LibreOffice 7.5.0 : le plein de nouveautés et d'améliorations

LibreOffice 7.5.0 est une mise à jour majeure, qui apporte bon nombre de nouveautés et d'améliorations dans tous les registres.

Sur le plan purement graphique – le plus visible ! –, LibreOffice 7.5.0 profite de nouvelles icônes pour toutes les applications intégrées (le traitement de texte Writer, le tableur Calc, l'outil de présentation Impress, le gestionnaire de base de données Base, le logiciel de dessin Draw, l'utilitaire mathématique Math, etc.) ainsi que pour les fichiers associés. Dans le même esprit de modernisation, le thème Sifr voit ses icônes actualisées dans le nouveau style arrondi de GNOME Adwaita. D'une façon générale, la gestion des thèmes sombres et des modes d'affichage à contraste élevé a été nettement améliorée dans les différents systèmes d'exploitation – comme nombre d'utilisateurs le réclamaient… Par ailleurs, la barre d'outils à une seule ligne de l'interface utilisateur Barre unique affiche à présent des contrôles contextuels qu'il est possible de personnaliser. Et Les barres de défilement bénéficient désormais du défilement doux, plus agréable à l'usage. Surtout, le fonctionnement global est plus fluide, diverses optimisations du code ayant été apportées.


Sur le plan général, il est désormais possible de filtrer par type de document dans l'assistant de démarrage et la gestion des documents Microsoft Office a encore été améliorée, de même que l'exporte a format PDF. Plusieurs nouvelles options ont été ajoutées dans la fenêtre des polices. L'application Writer profite d'une foule d'améliorations :  nouveau type de texte brut, vérification orthographique optimisé dans différentes langues, édition et accessibilité des signets améliorées, contrôles de contenu pour les titres et les balises, détection des colonnes dans les tableaux, fonction de traduction basée sur DeepL etc. Idem pour le tableur Calc, qui bénéfice aussi de petites mais appréciables améliorations et nouveautés : prise en charge des tableaux de données dans les graphiques, nouveau format de cellule pour les nombres et la monnaie, etc. Et dans Impress, il est désormais possible de recadrer des vidéos et de personnaliser et d'exporter le style des tableaux qui bénéficient au passage de nouveaux styles.


Pour en savoir plus sur les nombreuses nouveautés de la version 7.5.0, le mieux est de consulter l'imposant descriptif sur le Wiki de LibreOffice – hélas, pas en français… –. ou de faire un tour sur le site de la communauté française des utilisateurs de la suite bureautique, qui regorge d'informations et de conseils pratiques.
LibreOffice : un remplaçant gratuit de Microsoft Office

Vous cherchez un équivalent gratuit de Microsoft Office ? Utilisez LibreOffice, une suite bureautique complète, pour faire du traitement de texte, des tableaux, des graphiques, des présentations, des PDF, etc.

Créé et géré par The Document Foundation et soutenu par une vaste communauté, LibreOffice est une suite bureautique libre et gratuite, dérivée du projet OpenOffice.org, suite au rachat en 2010de Sun Microsystems, propriétaire de la marque OpenOffice.org, par Oracle. LibreOffice est activement soutenu par la Fondation pour le logiciel libre et fait partie socle interministériel de logiciels libres de l'État français, qui le préconise en alternative aux solutions commerciales propriétaires.

Disponible 114 langues, LibreOffice regroupe plusieurs modules spécialisés, à la manière de Microsoft Office : Writer (traitement de texte), Calc (tableur ou gestionnaire de feuilles de calcul), Draw (dessin vectoriel), Impress (composition de diaporamas de présentation), Base (création et gestion de base de données), Math (composition de formules mathématiques), Basic (programmation de fonctions pour LibreOffice fans un langage dérivé du Basic).

LibreOffice utilise en standard le format de fichier ouvert OpenDocument, mais gère l'import et l'export des documents aux formats Microsoft Office (.doc(x), .xls(x),.ppt(x), etc.) ainsi que le PDF (avec des possibilités de modifications). Si LibreOffice est assez lourd – en termes de taille –, comme les autres suites bureautiques –, il ne cesse de s'améliorer au film des versions et des optimisations pour gagner en fluidité et en confort d'utilisation. Notons encore que son interface graphique est entièrement personnalisable, avec différents modes de visualisation, et qu'elle se modernise progressivement, selon les demandes des utilisateurs.

... / ... Lire la suite


Autoréparation Windows : un outil pour simplifier les réparations - par louis le 01/02/2023 @ 17:40

Autoréparation Windows : un outil pour simplifier les réparations

Fabrice Brochain
30/01/23 12:58
Microsoft travaillerait sur une nouvelle fonction d'autoréparation de Windows qui permettrait de remettre un PC en état sans le réinitialiser et sans perdre de données personnelles, avec un outil intégré à Windows Update. Magique ?

Les versions en cours de développement de Windows – les fameuses builds pour Insiders que tout un chacun peut tester gratuitement sur son PC – permettent d'entrevoir les prochaines évolutions du système et les nouveautés auxquelles s'attendre. Dans la dernière build 25284 de Windows 11, publiée le 25 janvier 2023, en plus de la gestion des mises à jour majeures de Windows, Microsoft s'est attelé à un point important : la réparation du système. Et, plus exactement, à une fonction d'autoréparation sans perte de données personnelles et, surtout, sans réinitialisation complète du PC ! Une fonction pas vraiment très sexy – pas de quoi attirer l'œil des amateurs de nouveautés sur l'interface… –, mais qui pourrait s'avérer bien pratique en cas de problème – ce qui n'est jamais à exclure avec Windows, même si le système est infiniment plus stable et fiable qu'autrefois.

Windows Update : bientôt un outil pour réparer facilement le système ?

Aujourd'hui encore, quand Windows devient instable et présente de nombreux bugs, la meilleurs solution pour remettre le PC sur pied consiste à utiliser Media Creation Tool. Cet outil gratuit proposé au téléchargement par Microsoft permet de réparer Windows grâce à une mise à jour du PC. En cochant la case Mettre à niveau ce PC maintenant présent dans l'outil, la version la plus récente du système sera réinstallée corrigeant au passage les éventuelles erreurs. Il est également possible, toujours grâce à Media Creation Tool d'effectuer une installation "propre" du système (clean install), histoire de repartir de zéro avec un système tout neuf… mais en perdant au passage tout ce qui a été installé sur le PC . Une procédure qui peut parfois s'avérer complexe à mettre en place, notamment pour les débutants.
Or, dans la version de Windows en cours de développement, Microsoft a visiblement intégré directement dans les paramètres du système, cette fonction bien utile présente dans le Media Creation Tool. Est ainsi apparue une option baptisée Résoudre les problèmes en utilisant Windows Update depuis les paramètres Système > Récupération.


En d'autres termes, cette option permet de réinstaller la version en place de Windows sans pour autant avoir recours à Media Creation Tool. Un moyen confortable et plus rapide de remettre un Windows instable sur pied sans avoir à télécharger un outil supplémentaire. Cette option ne semble toutefois pas encore être activée dans la build 25284. On a toutefois hâte de la voir en fonctionnement.




... / ... Lire la suite


Les téléchargements de Windows 10 Famille et Pro bientôt plus disponibles à la vente - par louis le 23/01/2023 @ 17:28

Après le 31 janvier 2023, Microsoft ne proposera plus certains téléchargements de Windows 10 à la vente.
 
 Après sept ans de Windows 10, Microsoft interrompt ce mois-ci la vente de certains téléchargements de l’OS.

Le 31 janvier marquera en effet le dernier jour de vente des téléchargements de Windows 10 Famille et Professionnel. L’objectif de Microsoft est ainsi de réduire progressivement le nombre d’utilisateurs de la version de Windows la plus utilisée de son histoire.

La date de fin de support inchangée

La décision a été annoncée sur la page dédiée aux téléchargements de l’OS, où Windows 10 Famille est encore disponible pour 145 euros, et Windows 10 Pro pour 259 euros. C’est Tom’s Hardware qui a été le premier à repérer la note de Microsoft.
Aucun changement n’a par ailleurs été apporté à la date de fin de support de Windows 10, toujours prévue le 14 octobre 2025.

« Le 31 janvier 2023 sera le dernier jour où ces téléchargements de Windows 10 seront proposés à la vente. Windows 10 restera pris en charge avec les mises à jour de sécurité qui aident à protéger votre PC contre les virus, les logiciels espions et autres logiciels malveillants jusqu’au 14 octobre 2025 », rassure Microsoft.


Windows 10 reste la version la plus populaire

Windows 11 est maintenant disponible depuis plus d’un an, mais Windows 10 reste la version de Windows la plus populaire. Si les données varient selon les analyses, la conclusion reste la même.

Selon les statistiques de Steam en décembre 2022, Windows 10 est l’OS le plus répandu parmi les utilisateurs de la plateforme. Dans le détail, 96 % des utilisateurs de Steam sont sur Windows. Parmi eux, 65 % disposent de Windows 10, 28 % de Windows 11 et 0,11 % de Windows 7.

De son côté, Statcounter estime que la part de Windows 10 dans les ordinateurs de bureau est de 68 %, contre 17 % pour Windows 11 et 11,2 % pour Windows 7 – qui, pour rappel, n’est plus supporté par Microsoft.


Microsoft veut pousser Windows 11

Si Microsoft commence déjà à préparer l’après-Windows 10, c’est qu’elle aimerait que ses utilisateurs migrent vers Windows 11.

Mais, si la dernière version de Windows est gratuite, il faut encore que votre PC réponde à la configuration matérielle minimale requise pour installer Windows 11. Ce qui n’était toujours pas le cas d’un PC professionnel sur trois il y a quelques mois.

Le 14 octobre 2025, Microsoft ne fournira plus de mises à jour de sécurité, de mises à jour non sécurisées ou d’assistance technique pour Windows 10. A ce moment-là, de nombreux utilisateurs de Windows 10 devraient encore disposer de PC non compatibles avec Windows 11. Il se peut alors que certains d’entre eux continuent à utiliser Windows 10 sans correctifs pour les vulnérabilités connues, en dépit du risque cyber que cela représente.
Par ailleurs, Microsoft publiait au début du mois ses ultimes correctifs pour les entreprises ayant souscrit au programme Windows 7 Extended Security Updates (ESU). L’entreprise a alors encouragé les entreprises utilisant encore Windows 7 à acheter du nouveau matériel avec Windows 11 préinstallé, ou à acheter Windows 10.

Source : ZDNet.com




... / ... Lire la suite


Piratage Norton : comptes et gestionnaire de mots de passe compromis - par louis le 19/01/2023 @ 16:15

Piratage Norton : comptes et gestionnaire de mots de passe compromis

 Maurine Briantais 16/01/23

Le mastodonte de la sécurité informatique Norton a été victime d'une cyberattaque ! Les comptes de milliers d'utilisateurs et le gestionnaire de mots de passe de l'expert ont été compromis.par un simple bourrage d'identifiants. Un comble !
En temps normal, l'utilisation d'un gestionnaire de mots de passe est un bon moyen de protéger ses comptes personnels et ses informations – et de s'en souvenir. En effet, il permet de stocker tous ses mots de passe, informations de paiement et informations de connexion essentielles dans une base de données ou un coffre-fort hautement chiffré. Mais de par les données sensibles qu'ils contiennent, les gestionnaires sont souvent visés par des tentatives de piratage et, quand elles réussissent, leurs conséquences sont désastreuses. On se souvient des intrusions successives chez LastPass en 2022, qui ont permis aux hackers de dérober les données personnelles des utilisateurs, les mots de passe cryptés et d'autres données stockées dans les coffres-forts des clients. Cette fois, c'est au tour de Norton, le "leader mondial de la cybersécurité grand public" comme il se présente sur son site, de faire les frais d'une intrusion.
Piratage Norton : du bourrage d'identifiants pour accéder à tous les mots de passe

Dans un message adressé à ses 6 450 clients concernés et rapporté par Techcrunch, Gen Digital, le nom de la nouvelle société qui possède désormais Norton LifeLock et ses produits, a révélé avoir été la cible d'une attaque de "credential stuffing" ("bourrage d'identifiants" en français). Cette technique consiste à réaliser, à l'aide de logiciels ou de façon manuelle, des tentatives d'authentification massives sur des sites et services Web à partir de couples identifiants/mots de passe, qui ont généralement été dérobés sur d'autres sites et services Web puis revendus sur le Dark Web. En effet, de nombreux – trop nombreux – utilisateurs ont recours à un même mot de passe plusieurs fois. Aussi, lorsqu'il est compromis une fois, il l'est aussi sur les autres sites et plateformes où il est utilisé. C'est pour cela, généralement, que les internautes ont recours à un gestionnaire de mots de passe, qui centralise tous ses mots de passe – ils peuvent donc être uniques, complexes et aléatoires puisque l'utilisateur n'a pas à les retenir. L'outil est protégé par un mot de passe unique – le seul qu'il a besoin de retenir –, qui a ici été compromis, donnant accès aux comptes Norton et aux gestionnaires de mot de passe.

En effet, Gen Digital explique que le 12 décembre 2022, ses systèmes ont détecté un nombre anormalement élevé d'échecs de connexion. En enquêtant, l'entreprise a découvert que des tentatives d'effraction avaient lieu depuis le 1er décembre. "En accédant à votre compte avec votre nom d'utilisateur et votre mot de passe, le tiers non autorisé peut avoir vu votre prénom, votre nom, votre numéro de téléphone et votre adresse postale", écrit-elle. Mais ce n'est pas le pire, car la firme de sécurité révèle que "nous ne pouvons pas exclure que le tiers non autorisé ait également obtenu des détails stockés [dans le gestionnaire de mots de passe Norton Password Manager], en particulier si votre clé Password Manager est identique ou très similaire au mot de passe de votre compte Norton." Par "détails", comprenez les mots de passe générés pour tous les services qu'utilise la victime, y compris les connexions d'entreprise, la banque en ligne, la déclaration d'impôts, les applications de messagerie, les sites de commerce électronique, les réseaux sociaux, etc. Autant dire que c'est le jackpot pour les pirates ! Si les gestionnaires de mots de passe restent recommandés par les experts en sécurité, il est primordial de le verrouiller avec un mot de passe unique et complexe (au moins huit caractères, avec des chiffres, des majuscules, des minuscules et des caractères spéciaux) et d'activer l'authentification à double facteur.




... / ... Lire la suite


Le Parrain : le cheval de Troie bancaire qui fait des ravages en France - par louis le 28/12/2022 @ 19:12

Le Parrain : le cheval de Troie bancaire qui fait des ravages en France

Maurine Briantais
26/12/22 16:23

Le Play Store abrite une fois de plus un dangereux malware ! Baptisé Le Parrain, ce cheval de Troie vise les établissements financiers en imitant des applications légitimes et des outils de sécurité, y compris le Google Play Protect.

Une fois de plus, le Play Store abrite un dangereux malware. Baptisé Godfather (Le Parrain, en français), il s'agit d'un cheval de Troie extrêmement virulent et dont les secrets sont loin d'avoir complètement été percés. Il a été découvert par les analystes du Group-IB et le spécialiste américain de la sécurité Cyble. Le Parrain se base sur un ancien cheval de Trois Anubis, aujourd'hui obsolète suite à des mises à jour déployées par Google. En effet, on retrouve de nombreuses similarités entre les deux malwares, Anubis aspirant toutes les données de l'appareil infecté, dont la géolocalisation ou le numéro IMEI (un numéro d'identification unique), et demandant l'accès à certaines fonctions, comme l'appareil photo et le microphone. Manque de chance, Le Parrain s'est doté de nouveaux tours qui lui permettent de contourner les dernières défenses de Google. Apparu pour la première fois en juin 2021, il s'est fait plutôt discret, avant de réapparaitre en force en septembre 2022. Il a déjà ciblé 419 services financiers depuis son apparition, même si les rapports ne précisent pas le nom des établissements touchés.

Le Parrain : un cheval de Troie qui cible les applications bancaires

Le Parrain s'amuse à voler les données bancaires de ses victimes. Le malware s'en est déjà pris à 215 applications de banques internationales, 94 portefeuilles de crypto-monnaies et 110 plateformes d'échanges de cryptomonnaies. Ils sont situés principalement aux États-Unis (49), en Turquie (31) et en Espagne (30), mais également au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne et en France. Fait intéressant : il vérifie la langue dans lequel est paramétré le smartphone avant de lancer l'infection, et ne se lance pas s'il s'agit du russe, de l'azerbaïdjanais, de l'arménien, du biélorusse, du kazakh, du kirghiz, du moldave, de l'ouzbek et du tadjik explique IB-Group, ce qui laisse penser qu'il serait originaire d'un de ces pays.

Le Parrain fonctionne d'une manière simple mais efficace, ce qui le rend particulièrement dangereux, d'autant plus qu'il est très difficile de le détecter. Pour piéger ses victimes, il se fait passer pour Google Play Protect, le service de sécurité qui analyse toutes les applications installées et qui est donc présent sur tous les smartphones Android, allant jusqu'à imiter le scanner d'empreintes. Il en profite pour réclamer toute une série d'autorisations qui vont pouvoir lui permettre d'exécuter des actions malveillantes sur l'appareil infecté. Pire encore, une fois installé, il est impossible d'en supprimer le malware.

Le Parrain : un malware avec de multiples cordes à son arc

Une fois bien installé, Le Parrain s'empare des SMS, des notifications, des contacts, de l'historique des appels et des données stockées sur la mémoire interne. Mais, surtout, il réalise des captures d'écran de l'appareil, lance un enregistreur de frappe, envoie des SMS et transfère même appels grâce à l'établissement de connexions VNC et WebSocket – un petit ajout à la version de septembre 2022. Autant de techniques qui lui permettent "de voler les données saisies par l'utilisateur dans des applications légitimes", prévient le Group-IB, et ainsi collecter les identifiants de connexion, y compris en contournant l'authentification à double facteur. Par exemple, en Turquie, Le Parrain s'est fait passer pour une application de musique qui a été téléchargée plus de 10 millions de fois – depuis, elle a été bannie du Play Store.

Si, comme souvent, le cheval de Troie peut arriver sur un mobile grâce à une application frauduleuse installée via le Play Store, Group-IB souligne que cette méthode est seulement "une des manières dont le malware est diffusé", et toutes n'ont pas encore été découvertes. On sait seulement que les pirates le déploient sur des boutiques alternatives ou directement sur Internet, par le biais de publicités. C'est pourquoi il est recommandé de ne télécharger que des applications provenant de sources sûres, de développeurs connus, de ne pas suivre des liens suspects envoyés par message, de limiter à l'essentiel le nombre d'applications installées sur son téléphone et de les désinstaller dès qu'elles n'ont plus d'utilité.

... / ... Lire la suite


Ces applications volent vos coordonnées bancaires ! - par louisto le 20/11/2022 @ 11:09

Ces applications volent vos coordonnées bancaires !
De nouvelles applications ont été détectées sur le Play Store qui installent les malwares Sharkbot et Vultur. Connus pour être des malwares sophistiqués, ils enregistrent l’écran et les saisies au clavier lorsque vous ouvrez votre application bancaire.

Les deux malwares Android Sharkbot et Vultur sont de retour dans le Play Store de Google. Le spécialiste de la cybersécurité ThreatFabric a découvert cinq applications dans le magasin d'Android qui servent de cheval de Troie pour installer ces deux malwares. Elles cumulent un total de 130 000 téléchargements.
Sharkbot et Vultur sont bien connus : ils sont capables d'enregistrer les saisies au clavier et de transmettre le contenu de l'écran en temps réel. Ici, ils visent spécifiquement les applications bancaires de plusieurs pays. Les applications sur le Play Store ne contiennent pas le malware directement, ce sont des « droppers » qui servent à télécharger un des deux malwares après installation. Elles parviennent ainsi à déjouer la sécurité de Google.
Un malware installé via une fausse mise à jour

Dans les deux cas, le fonctionnement est le même : une fois installé, le dropper ouvre une page Web conçue pour ressembler à la page dans le Play Store demandant une mise à jour de l'application. Toutefois, appuyer sur le bouton de mise à jour débute le téléchargement du malware. Ainsi, l'application n'a pas besoin de demander d'autorisations particulières, l'installation se fait par le navigateur. Celui-ci affiche bien des alertes sur l'installation d'un fichier APK, mais l'utilisateur se croit en sécurité sur le Play Store et est donc plus enclin à continuer.
Sharkbot est installé par deux applications nommées « Codice Fiscale 2022 » et « File Manager Small, Lite » ; elles visent spécifiquement les applications bancaires italiennes. Le malware ne s'active que si la carte SIM dans le mobile est italienne. Vultur cible des applications bancaires britanniques et néerlandaises, mais aussi françaises, allemandes et italiennes. Cette fois, il est installé par les applications Recover Audio, Images & Videos, Zetter Authentication et My Finances Tracker. Si vous avez installé une de ces applications, il faudra la désinstaller et aussi procéder à une désinfection de votre appareil pour éliminer le malware téléchargé, grâce à un antivirus ou en le réinitialisant.

... / ... Lire la suite



cadeau.gifSpécial !

Thoms87 , le portail du partage entre Amis tongue


Connexion...
 Liste des membres Membres : 78

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 7

Total visites Total visites: 1214155  
Sondage
Que pensez-vous de Thoms87
 
Génial !
Bien
Moyen
Bof...
Résultats
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
20 Abonnés
Recherche



Calendrier
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

^ Haut ^