Texte à méditer :  Devenir partenaire et avoir votre bannière ici avec lien vers votre site: Cliquer ICI   
Menu

Fermer Partenaires

Fermer Diaporamas

Fermer Tutoriels en Vidéo

Fermer Outils Web

Fermer Articles

Fermer Cours Programmation

Fermer Vidéos

Fermer Cours en vidéo

Logiciels gratuits

Fermer Bureautique

Fermer E-Mail

Fermer Multimédia

Fermer Réseaux

Fermer utilitaires

Ateliers Privés
Liste Privée
Créations perso
home.gifBienvenue sur Thoms87

 


Un moment de détente ?

Qui sommes nous ?



Votre site de partage entre Internautes débutants ou expérimentés. Que ce soit pour une toute première initiation ou pour découvrir de nouveaux logiciels, pour progresser ou pour se distraire.
Les principales techniques de l'informatique multimédia, communication, bureautique, photo numérique, vidéo, dépannage, discussion...

Et

Toutes les idées sur le numérique ...

Alors, inscrivez vous c'est Gratuit

S'Inscrire gratuitement sur le site


news.gifLes 6 dernières nouvelles


Ces applications volent vos coordonnées bancaires ! - par louisto le 20/11/2022 @ 11:09

Ces applications volent vos coordonnées bancaires !
De nouvelles applications ont été détectées sur le Play Store qui installent les malwares Sharkbot et Vultur. Connus pour être des malwares sophistiqués, ils enregistrent l’écran et les saisies au clavier lorsque vous ouvrez votre application bancaire.

Les deux malwares Android Sharkbot et Vultur sont de retour dans le Play Store de Google. Le spécialiste de la cybersécurité ThreatFabric a découvert cinq applications dans le magasin d'Android qui servent de cheval de Troie pour installer ces deux malwares. Elles cumulent un total de 130 000 téléchargements.
Sharkbot et Vultur sont bien connus : ils sont capables d'enregistrer les saisies au clavier et de transmettre le contenu de l'écran en temps réel. Ici, ils visent spécifiquement les applications bancaires de plusieurs pays. Les applications sur le Play Store ne contiennent pas le malware directement, ce sont des « droppers » qui servent à télécharger un des deux malwares après installation. Elles parviennent ainsi à déjouer la sécurité de Google.
Un malware installé via une fausse mise à jour

Dans les deux cas, le fonctionnement est le même : une fois installé, le dropper ouvre une page Web conçue pour ressembler à la page dans le Play Store demandant une mise à jour de l'application. Toutefois, appuyer sur le bouton de mise à jour débute le téléchargement du malware. Ainsi, l'application n'a pas besoin de demander d'autorisations particulières, l'installation se fait par le navigateur. Celui-ci affiche bien des alertes sur l'installation d'un fichier APK, mais l'utilisateur se croit en sécurité sur le Play Store et est donc plus enclin à continuer.
Sharkbot est installé par deux applications nommées « Codice Fiscale 2022 » et « File Manager Small, Lite » ; elles visent spécifiquement les applications bancaires italiennes. Le malware ne s'active que si la carte SIM dans le mobile est italienne. Vultur cible des applications bancaires britanniques et néerlandaises, mais aussi françaises, allemandes et italiennes. Cette fois, il est installé par les applications Recover Audio, Images & Videos, Zetter Authentication et My Finances Tracker. Si vous avez installé une de ces applications, il faudra la désinstaller et aussi procéder à une désinfection de votre appareil pour éliminer le malware téléchargé, grâce à un antivirus ou en le réinitialisant.

... / ... Lire la suite


Patch Tuesday novembre 2022 : des correctifs à installer d'urgence - par louis le 10/11/2022 @ 15:45

Patch Tuesday novembre 2022 : des correctifs à installer d'urgence
Félix Marciano
09/11/22 17:10
Avec son dernier Patch Tuesday du 8 novembre 2022, Microsoft corrige de nombreuses failles de sécurité et des bugs dans Windows et ses autres logiciels. Installez ces correctifs sans attendre pour avoir un PC fonctionnel et protégé.

Si vous utilisez des logiciels Microsoft, notamment Windows, Office, Skype, Teams ou Edge, vous avez tout intérêt à installer sans attendre les mises à jour que l'éditeur propose. Et en particulier, le Patch Tuesday, ce fameux ensemble de correctifs, que l'éditeur publie traditionnellement le deuxième mardi de chaque mois, pour, non seulement réparer des bugs, mais aussi, et surtout, combler des failles de sécurité récemment identifiées et, souvent, déjà exploitées par des pirates. C'est le cas du dernier Patch Tuesday en date, diffusé le 8 novembre 2022, qui corrige 68 vulnérabilités ainsi que 6 failles zero-day activement mises à profit par les hackers.

Patch Tuesday : un ensemble de correctifs à installer sans attendre

Le mot d'ordre est simple et clair : n'attendez pas pour effectuer ces mises à jour de sécurité ! De fait, dans un copieux rapport de 114 pages – le Microsoft Digital Defense Report 2022, téléchargeable librement, mais hélas uniquement anglais – publié sur son site Microsoft Security, Microsoft dresse un bilan pour le moins alarmant sur la montée en puissance des cyberattaques. Surtout, l'éditeur signale que les hackers – privés ou étatiques – savent se ruer sur les failles découvertes pour les exploiter avant même que les utilisateurs installent les correctifs adaptés, en profitant justement de leur lenteur à réagir en soulignant la réduction du délai observé entre l'annonce d'une vulnérabilité et son exploitation. L'éditeur estime ainsi qu'une faille "dans la nature" reste exploitable en moyenne 14 jours après avoir été rendue publique, ce qui laisse beaucoup de temps aux pirates pour en tirer parti. En soulignant que certains États, comme la Chine, sont devenus "particulièrement compétent" pour dénicher et exploiter ces fameuses vulnérabilités dites zero-day… Bref, comme les pirates ont une belle longueur d'avance, il est essentiel d'installer des correctifs dès qu'ils sont disponibles.

Quelles sont les failles corrigées par le Patch Tuesday ?

Sur les 68 vulnérabilités corrigées par le Patch Tuesday de novembre 2022, 11 sont considérées comme critiques, car faisant courir différents risques sérieux (élévation de privilèges, exécution de code à distance, déni de service, etc.). Toutes ces failles sont référencées et documentées en détail par Microsoft sous des appellations normalisées : CVE-2022-39327, CVE-2022-41040, CVE-2022-41080, CVE-2022-38015, CVE-2022-37967, CVE-2022-37966, CVE-2022-41044, CVE-2022-41039, CVE-2022-41088, CVE-2022-41118 et CVE-2022-41128. La lecture des fiches de Microsoft n'a rien d'une sinécure : il faut surtout retenir que ces vulnérabilités concernent Windows 7, Windows Server 2008 et 2011, Windows 8.1, Windows 10 et Windows 11, y compris dans la version 22H2. Mais aussi d'autres produits Microsoft comme Office, Excel, Word, Visual Studio, BitLocker ou encore le noyau Linux utilisé par WSL2, qui fait notamment tourner les applications Android dans Windows 11. Bref, de nombreux trous dans la raquette qu'il convient de boucher au plus vite !

Aussi impressionnant soit-il, ce nombre de failles n'est pas un record. En avril 2022, Microsoft en avait corrigé 128 avec son Patch Tuesday. Et, en juin, c'était 55 donc la fameuse vulnérabilité Follina. Référencée officiellement sous l'appellation CVE-2022-30190, elle permettait d'infecter un PC via un document Word vérolé allant récupérer un fichier HTML contenant du code malveillant ensuite exécuté par une ligne de commande PowerShell en passant par l'outil de diagnostic du support de Windows. Un procédé astucieux, d'autant plus dangereux que la désactivation des macros ne suffisait pas pour se prémunir d'une attaque. La faille, qui avait d'ailleurs déjà été exploitée par des pirates pour cibler des agences gouvernementales américaines et européennes, avait ainsi servi à propager des spywares (logiciels espions), des chevaux de Troie bancaires (pour voler des informations) et des malwares capables de supprimer des données. Autant dire que l'affaire était grave…

Preuve que malgré tous ses efforts, Microsoft laisse toujours des failles dans ses logiciels. Mais, contrairement à ce que propagent les mauvaises langues, Apple est logé à la même enseigne : et l'éditeur à la pomme publie aussi très régulièrement des mises à jour de sécurité pour macOS et iOS, parfois à un rythme élevé…

Par ailleurs, notons que Microsoft profite du Patch Tuesday de novembre pour diffuser en parallèle diverses mises à jour fonctionnelles pour ses systèmes, notamment pour Windows 10 et Windows 11. Des versions aux vertus discrètes, mais réelles. Ainsi, dans certains cas, on peut enfin accéder au Gestionnaire des tâches de Windows 11 par un clic droit dans la barre des tâches – la fonction était revenue il y a quelques jours, dans une mise à jour de Windows 11 22H2, mais pas chez tout le monde ! Dans d'autres cas, les PC qui n'avaient mystérieusement pas droit au passage à Windows 11 22H2 – alors qu'ils étaient officiellement compatibles – se voient proposer l'option. Les voies de Microsoft sont insondables… Comment télécharger le Patch Tuesday de Microsoft ? Le Patch Tuesday – l'ensemble de correctifs que Microsoft prépare pour tous ses logiciels, et pas uniquement Windows – est publié le deuxième mardi de chaque mois (voir notre fiche pratique pour tout savoir sur les mises à jour, les builds de Windows et les correctifs KB). Pour en profiter, il suffit de passer par Windows Update en ouvrant les paramètres de Windows. Deux cas de figure se présentent alors : soit les mises à jour sont en mode automatique – l'option par défaut –, et il suffit d'attendre qu'elles soient téléchargées pour les installer après un redémarrage du PC ; soit elles sont en mode manuel, et il faut cliquer sur le bouton Rechercher des mises à jour pour forcer leur téléchargement avant de redémarrer l'ordinateur. D'une façon générale, mieux vaut avoir le réflexe de vérifier systématiquement la disponibilité de mises à jour et de correctifs au moins une fois par mois, le deuxième mercredi, par exemple, juste après la diffusion du Patch Tuesday.



... / ... Lire la suite


En 2023, Mozilla Firefox abandonnera également Windows 7 et Windows 8.1 - par louis le 07/11/2022 @ 17:37

En 2023, Mozilla Firefox abandonnera également Windows 7 et Windows 8.1

02/11/2022
À l'instar de Google Chrome, le navigateur Mozilla Firefox ne supportera plus Windows 7 et Windows 8.1 en 2023. Toutefois, aucune date précise n'est communiquée pour le moment.

Il y a quelques jours, on a appris que Google Chrome ne serait plus pris en charge sur Windows 7 et Windows 8.1 à partir du 7 février 2023. Aujourd'hui, il est question de Mozilla Firefox : l'équipe de développement hésite pour le moment, mais il y a deux hypothèses. Soit le support de Firefox sur les deux systèmes mentionnés précédemment pourrait s'arrêter au premier trimestre 2023, soit il pourrait être maintenu un peu plus longtemps : jusqu'en août 2023 (pour se caler sur la nouvelle version ESR - Extended Support Release).
Note : l'arrêt du support implique que Firefox ne recevra plus de mises à jour de sécurité, mais il reste utilisable.

L'équipe de développement de Firefox explique qu'elle gagnerait du temps à ne plus faire les tests sous Windows 7 à chaque fois qu'une nouvelle version est disponible. À l'inverse, elle indique également que ce n'est pas gênant de maintenir le support un peu plus longtemps, car Windows 7 reste un système très utilisé.
En effet, comme je l'évoquais dans un autre article en évoquant les chiffres du site StatCounter, Windows 7 est encore utilisé par 10,68% des ordinateurs à l'échelle mondiale. On ne peut pas en dire autant de Windows 8.1 qui a une part de marché nettement inférieure : seulement 2,7%. À titre de comparaison, la part de marché de Windows 11 au niveau mondial est de 13,56% !

Pour rappel, Windows 7 n'est plus sous support Microsoft depuis le 14 janvier 2020, tandis que Windows 8.1 ne sera plus pris en charge par Microsoft à partir du 10 février 2023. Avec l'arrêt de la prise en charge par les principaux navigateurs du marché, il est plus que jamais temps de passer sur un système plus récent ! Le fait d'utiliser un système non jour et un navigateur non à jour expose d'autant plus les utilisateurs.

Source
https://www.neowin.net/news/mozilla-is-considering-extending-firefox-support-on-windows-7-and-81/


... / ... Lire la suite


Câbles et ports USB : enfin des appellations claires ! - par louisto le 06/10/2022 @ 19:01

Câbles et ports USB : enfin des appellations claires !

Félix Marciano
03/10/22 18:02

Les prises et les câbles USB vont abandonner leurs références complexes et mystérieuses au profit de dénominations beaucoup plus claires. De quoi simplifier la vie des consommateurs, pour l'achat comme pour l'utilisation.

Connaissez-vous toutes les caractéristiques de la norme USB 3.0 ? Et les différences entre l'USB 3.1 Gen 1 et l'USB 3.2 Gen 1 ? Les nouveautés de l'USB 4 Version 2 ? Ou les capacités de l'USB SuperSpeed ? Probablement pas. Car, à moins d'être expert es technologies, il est bien difficile de se retrouver dans la jungle des appellations et de décrypter les subtilités entre les références barbares qui se sont multipliées ces dernières années. La faute à l'USB Implementers Forum (USB IF), l'organisme international non lucratif qui gère la norme USB. De fait, si cette interface "universelle" est connue et utilisée de tous depuis sa création au milieu des années 1990, elle a énormément évolué au fil des progrès techniques depuis son apparition, l'USB 1.0 d'origine laissant place à de multiples déclinaisons – USB 2.0, USB 3.0, USB 3.1, etc. – sans disparaître pour autant. Au point de noyer les utilisateurs sous une foule de dénominations, alors que certains ont déjà du mal à différencier les formats physiques de prises – USB-A, microUSB, USB-C…     

Conscient de la confusion engendrée ces derniers temps, notamment avec les récentes USB 3.2 Gen 2 et USB 3.2 2x2, l'USB IF a décidé de revoir sa copie et d'abandonner les appellations actuelles au profit d'une nomenclature plus simple et plus claire. Exit donc les mystérieux USB 3.1 Gen 1 et autre USB 3.2 Gen 2 : désormais, les câbles et les ports USB seront tous estampillés avec un système très simple mettant en avant les deux caractéristiques techniques qui font la différence – et les seules qui intéressent réellement les utilisateurs – à savoir le débit maximum et la puissance électrique supportée. L'USB IF a ainsi adopté un principe assez simple indiquant uniquement la vitesse maximale de transfert possible, en Gbit/s (Gbps selon le système de référencement anglo-saxon) pour les prises et les câbles, et la puissance électrique admissible en watts (W) pour les câbles, comme on peut le voir dans les tableaux ci-dessous.



Comme on peut le constater, les nouveaux appellations ne font plus références aux noms techniques des normes : il n'est plus question d'uSB 3.1, d'USB 3.2 ni même d'USB 4.0, la toute nouvelle génération, en cours de finalisation. Seul le débit maximum est indiqué. De même, avec l'indication claire de la puissance électrique admissible, il ne sera plus nécessaire de décrypter les petits caractères au dos d'un emballage pour savoir si un câble supporte l'énergie nécessaire pour alimenter un appareil. De quoi éviter d'utiliser un câble 60 W pour recharger un ordinateur nécessitant 240 W…

Quelques remarques. D'abord, les nouvelles appellations seront progressivement adoptées par le nouveaux produits mis en vente sur le marché, les anciens, fabriqués avant, pouvant encore circuler dans le commerce le temps d'écouler les stocks. Ensuite, ces dénominations ne concernent que les câbles et les prises de type USB-C, la norme la plus "moderne" des connecteurs, que l'Europe a d'ailleurs décidé d'imposer à tous els produits électroniques d'ici à l'automne 2024 (voir notre article). Par ailleurs, ce nouveau système n'est pas parfait, car il fait l'impasse sur certains aspects techniques comme les définitions ou les taux de rafraîchissement d'un câble qui transporte un signal vidéo en DisplayPort. Enfin, la nouvelle nomenclature ne s'applique pas aux anciennes normes comme l'USB 1.0 ou l'USB 2.0, limité à un débit maximum de 480 Mbit/s et encore souvent qualifié de USB Hi-Speed, ce qui risque de maintenir une certaine confusion…    

Il n'empêche, en reprenant le modèle du Wi-Fi – qui a opté il y a quelques années pour des numéros du type Wi-Fi 5 ou Wi-Fi 6 au lieux des cryptiques 802.11ac et 8022.11ax –, il s'agit d'une excellente initiative qui devrait simplifier notablement la vie de tous les utilisateurs… si les fabricants et les commerçants jouent bien le jeu !




... / ... Lire la suite


Windows 10 22H2 : la mise à jour d'octobre 2022 arrive ! - par louisto le 06/10/2022 @ 12:10

Windows 10 22H2 : la mise à jour d'octobre 2022 arrive !

Quelques jours après Windows 11, Windows 10 va recevoir sa grande mise à jour annuelle. Estampillée 22H2 ou October 2022 Update, cette version d'entretien ne devrait toutefois pas apporter de nouvelle fonction…

Bonne nouvelle si vous êtes toujours sous Windows 10 – comme la plupart des utilisateurs de PC : Microsoft va diffuser une nouvelle version de son système d'exploitation, à travers une mise à jour logiquement estampillée 22H2 – 22 pour l'année, H2 pour le second semestre – ou October 2022 Update. Conformément à la nouvelle stratégie de l'éditeur – qui a tout de même changé plusieurs fois de discours… –, ce sera la seule "grande" mise à jour de Windows 10 pour cette année : toutes les autres ne sont que des correctifs qui viennent généralement combler des failles de sécurité ou réparer des bugs, comme c'est le cas pour le traditionnel Patch Tuesday, un ensemble de "pansements" logiciels que Microsoft diffuse le deuxième mardi de chaque mois pour tous ses produits.
Windows 10 Mise à jour d'octobre 2022 : une version d'entretien sans véritable nouveauté

Comme la version 21H2 publiée en novembre 2021, Windows 10 22H2 constitue donc officellement une mise à jour importante. Toutefois, même si elle elle est présentée comme une nouvelle version "complète", avec son nom et son millésime, elle ne devrait pas apporter de nouveauté majeure. Et pour cause : d'une part, Microsoft se concentre désormais sur Windows 11, en réservant ses nouvelles fonctions et applications à ce système encore jeune ; de l'autre, Windows 10, qui est tout de même sorti en 2015, sera en principe abandonné en octobre 2025, probablement au moment où Windows 12 apparaîtra. La firme de Redmond, qui mise tout sur Windows 11 en moment en cherchant à accélérer son adoption, n'a donc aucune raison d''enrichir son "vieux" système d'exploitation, même s'il est beaucoup plus utilisé que le nouveau. Windows 10 22H2 – ou Windows 10 October 2022 Update – ne sera donc qu'une version d'entretien, probablement avec quelques améliorations, mais logiquement dépourvue de véritable nouveauté – même si l'on n'est jamais à l'abri d'une petite surprise. Quoi qu'il en soit, ce sera officiellement la seule – et la meilleure – version de Windows utilisable les PC incompatibles avec Windows 11, même s'il existe des astuces pour passer au nouveau système.

Microsoft, qui a promis une sortie pour le mois d'octobre, n'a pas donné de détails sur le contenu de cette version. Mais la mise à jour semble prête pour une diffusion imminente – quelques jours, quelques heures,… –, les fichiers ISO sont apparus sur les serveurs de l'éditeur, comme l'ont remarqué les experts de TechBench. Mais les liens ne sont pas encore actifs ! Il faudra donc patienter encore un peu avant de pouvoir télécharger, installer et analyser cette nouvelle version qui, à défaut d'innovation, devrait contribuer à renforcer la stabilité du système. Il suffira pour cela de surveiller les notifications de Windows 10 ou d'aller dans Windows Update pour voir quand la mise à jour d'octobre 2022 sera effectivement disponible. Last but no least, rappelons que, comme les précédentes, cette mise à jour sera gratuite !

... / ... Lire la suite


Pentium et Celeron : Intel abandonne ses marques historiques - par louisto le 28/09/2022 @ 18:51

Pentium et Celeron : Intel abandonne ses marques historiques


Félix Marciano
19/09/22 17:57
Adieu Pentium et Celeron, bonjour Intel Processor ! Pour moderniser sa famille de CPU d'entrée de gamme, le géant des processeurs pour ordinateur abandonne ses marques historiques au profit d'une appellation plus générique.

La nouvelle est passé quasiment inaperçue. Et pour cause : Intel s'est juste fendu d'un communiqué de presse laconique publié le 16 septembre 2022 pour annoncer l'abandon de deux appellations historiques : Pentium et Celeron. Deux marques de processeurs emblématiques qui ont équipé des centaines millions de PC depuis leur apparition. Mais s'ils ont marqué les esprits en leur temps, ces CPU ont perdu de leur superbe ces dernières années face à des successeurs beaucoup plus modernes, les fameux Core (i3, i5, i7 et i9, dans de multiples déclinaisons). Et Intel avait relégué ces vénérables appellations à ses puces d'entrée de gamme (comme le Pentium Gold 8505 ou le Celeron 7300). Il semblerait toutefois que, même ainsi "rabaissés", ces noms ne soient plus aussi séduisants qu'autrefois puisque le géant des puces pour ordinateur a décidé de les faire complètement disparaître de son catalogue au profit d'une appellation unique : Intel Processor. Un nom simple, mais particulièrement vague. Et, à partir de 2023, ce sera ce seul patronyme qui indiquera, sous la forme d'un auto-collant flanqué du célèbre Intel Inside, la présence d'un processeur Intel dans un PC portable d'entrée de gamme.


Intel Processor : une simplification discutable

Le discours officiel d'Intel pour justifier ce changement est assez fumeux : "Que ce soit pour le travail ou les loisirs, l'importance du PC n'est devenue que plus évidente à mesure que le rythme effréné du développement technologique continue de façonner le monde. Intel s'est engagé à stimuler l'innovation au profit des utilisateurs, et nos familles de processeurs d'entrée de gamme ont été cruciales pour élever la norme PC à tous les niveaux de prix. La nouvelle image de marque du processeur Intel simplifiera nos offres afin que les utilisateurs puissent se concentrer sur le choix du processeur adapté à leurs besoins", déclare ainsi Josh Newman, vice-président d'Intel dans le communiqué. L'idée serait donc de simplifier la vie des utilisateurs en optant pour un nom dépourvu de toute référence technique. Pas certain que cette simplification facilite effectivement leur choix. D'autant que dans le même temps, Intel pousse actuellement sa nouvelle appellation Intel EVO, pour désigner des PC "conformes" – un label de certification censé indiquer que tous les composants choisis par un fabricant fonctionnement parfaitement ensemble. Une stratégie marketing qui rappellera aux plus anciens la fameuse et mystérieuse appellation Intel Centrino, utilisée dans les années 2000 pour qualifier des PC portables équipés du Wi-Fi…
Pentium et Celeron : de vieilles technologies pour l'entrée de gamme
Ce qui est clair en revanche, c'est qu'Intel cherche à se défaire de l'image "bas de gamme" associée désormais aux Pentium et aux Celeron, tout en poussant ses fleurons de la famille Core. Un choix compréhensible, mais qui ne se traduira pas par une véritable transparence pour les consommateurs les plus curieux, contraints d'explorer les fiches techniques pour connaître les caractéristiques équipant un PC. C'est d'autant plus regrettable que les dernières génération de Pentium et de Celeron n'ont rien à voir avec leurs valeureux ancêtres. Car si le premier Pentium, qui date de 1993, était gravé en technologie 800 nm et tournait à la fréquence folle de 60 MHz, il n'en allait pas de même pour les dernières références de cette famille. Ainsi, à titre d'exemple, le Pentium Silver N6000 sorti début 2021, est gravé en 10 nm comme de nombreuses puces récentes d'Intel, et comporte quatre coeurs et 4 Mo de mémoire cache en atteignant 3,3 GHz en mode turbo. Et il en va de même pour les Celeron sortis ces dernières années – jusqu'en début 2022 ! De fait, contrairement à ce que leur nom "défraîchi" laisse entendre, ces puces d'entrée de gamme ne sont pas mauvaises : elles suffisent même pour la plupart des utilisations quotidiennes, comme nous avons déjà eu l'occasion de le vérifier à de multiples reprises (voir notre test du MiniAir 11 Geekom). Les Pentium et Celeron récents rivalisent sans problème avec les "vieux" Intel Core, bien plus poussifs, comme en témoignent les benchmarks les plus populaires comme PassMark. Simplement, ils utilisent des technologies et des architectures anciennes et éprouvées, ce qui avait un sens économique. Quoi qu'il en soit, on trouvera encore des Pentium et des Celeron dans des PC pendant plusieurs mois, le temps que les constructeurs et les revendeurs vident leur stock. L'occasion, sans doute, de réaliser de bonnes affaires pour qui ne cherche pas absolument la haute performance et le dernier cri.

... / ... Lire la suite



cadeau.gifSpécial !

Thoms87 , le portail du partage entre Amis tongue


Connexion...
 Liste des membres Membres : 78

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 15

Total visites Total visites: 1191828  
Sondage
Que pensez-vous de Thoms87
 
Génial !
Bien
Moyen
Bof...
Résultats
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
20 Abonnés
Recherche



Calendrier
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

^ Haut ^