Texte à méditer :  Devenir partenaire et avoir votre bannière ici avec lien vers votre site: Cliquer ICI   
Menu

Fermer Partenaires

Fermer Diaporamas

Fermer Tutoriels en Vidéo

Fermer Outils Web

Fermer Panorama

Fermer Articles

Fermer Cours Programmation

Fermer Vidéos

Fermer Informatique Débutants

Fermer Cours en vidéo

Logiciels gratuits

Fermer Bureautique

Fermer Dernières mises à jour

Fermer E-Mail

Fermer Multimédia

Fermer Réseaux

Fermer utilitaires

Ateliers Privés
Créations Thoms87

Liste Privée

Demande d'inscription
Nouvelles des Amis
home.gifBienvenue sur Thoms87

 

 


Votre site de partage entre Internautes débutants ou expérimentés. Que ce soit pour une toute première initiation ou pour découvrir de nouveaux logiciels, pour progresser ou pour se distraire.
Les principales techniques de l'informatique multimédia, communication, bureautique, photo numérique, vidéo, dépannage, discussion...

Et

Toutes les idées sur le numérique ...

Alors, inscrivez vous c'est Gratuit

S'Inscrire





news.gifLes 6 dernières nouvelles


Microsoft publie une nouvelle version de Windows Server 2019, et la version ISO de Windows 10 'Reds - par Thoms le 02/08/2018 @ 09:48

Microsoft publie une nouvelle version de Windows Server 2019, et la version ISO de Windows 10 'Redstone 5'

Technologie : Microsoft continue sa marche en avant vers ses versions prévues à l'automne de Windows Server 2019, Windows Server 1809 et Windows 10 'Redstone 5' avec de nouvelles versions de test.

Par Mary Jo Foley, ZDNet.com | Mercredi 01 Août 2018

Microsoft a déployé de nouvelles versions preview de Windows Server 2019 et Windows Server 1809, qui incluent quelques nouvelles fonctionnalités.

Windows Server Build 17723 ajoute de nouvelles fonctionnalités pour déployer plus facilement l'outil d'orchestration Kubernetes pour les conteneurs sur Windows Server. Parmi les nouvelles fonctionnalités figurent la planification de conteneur, la surveillance de l'intégrité, la mise en réseau, la découverte de services, ou encore la possibilité d'ajouter / supprimer des instances de conteneur pour répondre à la demande.

La build 17723 permet également aux testeurs d'ajouter de nouvelles capacités prédictives à System Insights sans qu'aucune mise à jour du système d'exploitation ne soit requise. Cette version ajoute également un support pour un fournisseur de contrôle de congestion réseau optimisé pour la latence appelé LEDBAT "qui récupère la bande passante disponible sur le réseau et l'utilise" mentionne la description de Microsoft.


En route vers l'automne

Le post de blog du 31 juillet à propos de 17723 décrit un nombre important de problèmes connus avec cette version, que les testeurs devraient examiner avant de déployer.

Le 31 juillet, Microsoft a également livré aux testeurs ISOs l'une de ses dernières versions de Windows 10 Insider Preview Redstone 5. L'ISO pour Windows 10 Build 17713 est téléchargeable ici.

Microsoft devrait déployer Windows Server 2019, qu'il a désigné comme une version de service à long terme, ainsi que Windows Server 1809, probablement vers octobre prochain.


... / ... Lire la suite


Enfin le blocage de l'autoplay audio et vidéo sur Firefox - par Thoms le 25/07/2018 @ 11:33

Enfin le blocage de l'autoplay audio et vidéo sur Firefox

Technologie : Les internautes et utilisateurs de Firefox peuvent dire adieu aux vidéos se déclenchant automatiquement dans le navigateur. La fonction est en test et sera déployée définitivement pour tous les utilisateurs en octobre.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Mardi 24 Juillet 2018

Les utilisateurs de Firefox ont désormais la possibilité de bloquer la vidéo et l'audio qui se lance automatiquement lors de la navigation sur certains sites Web, une option qu'offrent déjà d'autres navigateurs comme Safari d'Apple et Google Chrome.

La fonction a été ajoutée au cours du week-end à Firefox Nightly, la dernière version de test de Mozilla. Elle propose aux utilisateurs, par défaut, s'ils souhaitent autoriser un site Web à lire la vidéo avec son. Les internautes ont également la possibilité d'accéder à leurs préférences et de bloquer la capacité de lecture automatique de tous les sites s'ils ne veulent paramétrer le blocage site par site.

Aux internautes de choisir leur web

Le blocage automatique est la réponse des éditeurs de navigateurs à certaines pratiques du Web. Le résultat, c'est une navigation qui devrait gagner en fluidité - et qui souligne la difficile monétisation de sites financés par la publicité.

L'option de blocage de la lecture automatique ne fonctionne pour le moment que dans la version de test Nightly de Firefox. Elle devrait être intégrée à la version principale du navigateur en octobre. La mise à jour inclut également une meilleure promotion de la protection contre le tracking, qui empêche les éditeurs de sites Web et les annonceurs d'exécuter des logiciels qui suivent le comportement en ligne des internautes.

Avec la sortie de Chrome 66 en avril, Google a mis un holà à l'autoplay audio et vidéo pratiqué par de nombreux sites, non sans provoquer quelques remous. Apple a annoncé une fonctionnalité similaire pour le navigateur Safari en juin 2017 pour MacOS High Sierra.


... / ... Lire la suite


Site non sécurisé : Google Chrome 68 alerte et met la pression - par Thoms le 24/07/2018 @ 11:56

Site non sécurisé : Google Chrome 68 alerte et met la pression

Sécurité : A compter du mardi 24 juillet, Chrome 68 affichera des notifications afin d'alerter les internautes sur l'absence d'utilisation du HTTPS, soulignant un risque de sécurité. Un coup de pression sur les sites n'ayant pas encore basculés en HTTPS.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Lundi 23 Juillet 2018

Le protocole Hypertext Transfer permet au navigateur Web de récupérer une page Web à partir du serveur qui l'héberge. HTTP a bien fonctionné, mais il y a un problème : il ne protège pas les communications avec un chiffrement bloquant les interceptions et les falsifications.

C'est pourquoi Google, Mozilla et d'autres alliés de l'industrie technologique, encouragent partout les sites Web à adopter le HTTPS. Et c'est pourquoi aussi, à compter de la sortie de Chrome 68 mardi, le navigateur de Google avertira les internautes chaque fois qu'ils chargeront un site Web non chiffré.

Chrome affichera les mots "non sécurisé" à côté du site Web dans la barre d'adresse s'il n'est pas en HTTPS. L'avertissement est assez large, mais les utilisateurs ne doivent pas paniquer. Il devrait avant tout encourager les opérateurs de site Web à basculer sur le HTTPS pour éviter d'être associés à un risque pour les données personnelles.

Et pour cela, Chrome peut compter sur son poids considérable sur Internet. Le navigateur de Google représente 59% du trafic Web, selon Statcounter, et Chrome a dépassé le milliard d'utilisateurs en 2015.

Quel est le problème avec HTTP ?

HTTP a bien servi le Web, mais il est vulnérable à toutes sortes de problèmes de la part de quiconque contrôle le réseau que vous utilisez. Cela comprend le Wi-Fi en vol, les cafés, les hôtels et, bien sûr, votre fournisseur de services Internet.

"Utiliser HTTP pour un site Web au lieu de HTTPS a toujours été problématique" déclare Nick Sullivan, responsable de la cryptographie chez Cloudflare. "Toutes les interactions que vous avez avec un site non chiffré sont diffusées à un ensemble inconnu de sociétés dans des endroits arbitraires à travers le monde. Cela pose un problème de confidentialité considérable, mais aussi de sécurité car le contenu du site peut être modifié en cours de route sans que l'utilisateur ne le sache. Cela permet à des intermédiaires d'insérer des publicités, des trackers ou des logiciels malveillants sur les sites Web."

Troy Hunt, un chercheur en sécurité indépendant, a réalisé une vidéo répertoriant les menaces possibles sur les sites Web HTTP. Des acteurs malveillants peuvent ainsi :

    Insérez des publicités ou d'autres contenus qui ne figurent pas sur le site Web d'origine, ce que Comcast a fait pour des avertissements relatifs aux droits d'auteur et pour des pop-ups de mise à jour de modem.
    Injecter un logiciel invisible qui exploite la cryptomonnaie au bénéfice d'un tiers, comme l'a pratiqué un magasin argentin Starbucks en 2017.
    Rediriger les visiteurs vers de faux sites Web avec une technique appelée détournement DNS, permettant ainsi d'intercepter noms d'utilisateur et mots de passe.

Des gouvernements contrôlant l'infrastructure Internet de leur pays disposent également d'autres possibilités. Le "Great Cannon" chinois a utilisé des connexions HTTP non chiffrées pour transformer les visiteurs du site Web de Baidu en des attaquants involontaires du site de programmation Github. Et l'Egypte a injecté des publicités et exécuté des logiciels d'extraction de cryptomonnaie sur les ordinateurs des internautes, selon une association égyptienne de lutte contre la censure.
La Chine et l'Égypte peuvent sembler des exemples lointains, mais les autorités américaines ne sont pas non plus de fervents adeptes du chiffrement. Le directeur du FBI, Christopher Wray, a prévenu en juillet que les entreprises de technologie qui ne respectent pas sa volonté d'affaiblir le chiffrement pourraient y être contraintes par la loi.

Que verront les utilisateurs de Chrome sur un site Web HTTP ?

Les changements de Chrome ont été graduels. Google a annoncé son intention d'alerter sur les risques des sites HTTP en 2016. C'est en février qu'il a prévenu que la notification de sécurité s'afficherait dans Chrome à partir de juillet.

À l'heure actuelle, si vous visitez un site Web HTTP, Chrome affiche un icône "i" à gauche de l'adresse, ce qui indique qu'il est possible d'obtenir plus d'informations. Si vous cliquez dessus, Chrome indique "Votre connexion à ce site n'est pas sécurisée". Ce n'est pas particulièrement alarmant, sans être aussi rassurant que le cadenas vert et le mot "sécurisé" dans le cas d'une connexion HTTPS.


À compter de mardi avec Chrome 68, une connexion HTTP affichera à la place les mots "non sécurisé" à côté de l'icône d'information.
Puis Chrome 69, attendu en septembre, soulignera que les connexions HTTPS sécurisées sont la norme en abandonnant la couleur verte pour l'icône du cadenas et le mot "sécurisé". S'affichera à la place un verrou noir moins visible, précisait Google en mai. Plus tard, ce verrou disparaîtra lui aussi, le HTTPS étant considéré comme ordinaire.
Enfin, en octobre, Chrome 70 adoptera une position plus agressive à l'égard des sites HTTP non chiffrés en remplaçant l'avertissement noir "non sécurisé" par une couleur rouge plus alarmante.
"Certaines personnes ne veulent tout simplement pas faire le travail pour sécuriser leur site, et en même temps, elles ne veulent pas que soit communiqué à leurs visiteurs le fait qu'il n'est pas sécurisé" réagit le directeur de Let's Encrypt.

... / ... Lire la suite


Skype 8 : pas d’échappatoire, il faudra migrer - par Thoms le 18/07/2018 @ 11:18

Skype 8 : pas d’échappatoire, il faudra migrer

Mise à jour : Microsoft alerte ses utilisateurs sur l’évolution des futures mises à jour de Skype : à compter du mois de septembre, il ne sera plus possible d’utiliser la branche 7.x du logiciel de visioconférence et tous les utilisateurs Windows seront invités à passer sur la version 8.

Par Louis Adam | Mardi 17 Juillet 2018

Difficile de s’y retrouver dans les différentes versions de Skype : depuis son rachat par Microsoft, le logiciel de visioconférence a en effet évolué dans tous les sens. Les utilisateurs de Skype sous Windows peuvent ainsi choisir d’opter pour Skype 7.x, aussi connu sous le nom de version « classic », ou bien choisir Skype 8, la nouvelle version du logiciel publiée par Microsoft en fin d’année dernière, ou encore préférer la version UWP, pour Windows 10 desktop et mobile. Chacune de ses versions était maintenue indépendamment, mais Microsoft annonce vouloir mettre fin au support de sa version Classic et entend rediriger ses utilisateurs vers Skype 8 à partir du 1er septembre 2018.

Dans un post de blog, Microsoft indique ainsi à ses utilisateurs qu’à partir du 1 septembre 2018, la version 7 de Skype, ou version « classic » cesserait complètement de fonctionner et que ceux qui souhaiteraient continuer à utiliser le logiciel seront contraint de passer sur la version 8.

« Nous déployons constamment des améliorations du le logiciel, et cela signifie que nous devons mettre fin au support de certains services et versions devenues obsolètes » explique Microsoft sur son blog. En d’autres termes, Microsoft aimerait bien se débarrasser des versions jugées aujourd’hui obsolètes et mettre tous ses utilisateurs dans le même panier, à savoir celui de Skype 8.

La dernière version de la version 8 de Skype est la version 8.25. Les utilisateurs des versions Classic devront appliquer la mise à jour automatique qui leur sera proposée durant l’été afin de rester à jour, sans quoi ils ne pourront plus accéder au service au début du mois de septembre. La version 8 de Skype embarque tout un lot de nouvelles fonctionnalités par rapport à a version Classic, notamment des améliorations de qualité d’image pour la visioconférence.

Parmi les raisons qui peuvent pousser Skype à rassembler ses utilisateurs sous une seule et même bannière, on peut rappeler que des failles de sécurité avaient été découvertes en début d’année au sein de Skype Classic. Corrigées depuis longtemps dans les versions 8 du logiciel, elles continuaient d’affecter les versions plus datées du logiciel. Pour des raisons de sécurité, il était donc recommandé de passer sur Skype 8. Ça sera maintenant inévitable à partir du 1er septembre.

... / ... Lire la suite


Windows 10 : Microsoft renonce à imposer Edge depuis Courrier ou Mail - par Thoms le 11/07/2018 @ 11:31

Windows 10 : Microsoft renonce à imposer Edge depuis Courrier ou Mail

Application : La grosse ficelle pour tenter d'accélérer l'adoption de son navigateur n'est pas passée inaperçue. Et provoque un joli rétropédalage.


Par La rédaction de ZDNet.fr | Mardi 10 Juillet 2018


En mars dernier, Microsoft tentait une manoeuvre pour favoriser l'utilisation de son navigateur Edge au sein de Windows 10. Dans une version test de l'OS, les liens cliqués depuis un mail dans Courrier ou Mail (l'application d'email par défaut) s'ouvrait dans le navigateur maison, même si un autre outil était défini par défaut par l'utilisateur comme Google Chrome, Mozilla FireFox ou tout autre navigateur. 

"Nous allons commencer à tester un changement dans lequel les liens cliqués dans l'application Windows Mail s'ouvriront dans Microsoft Edge, qui offre la meilleure expérience, la plus sûre et la plus cohérente sur Windows 10 et sur vos terminaux" assurait l'éditeur auprès des membres du programme Windows Insider. Provoquant immédiatement une grogne de ces derniers.

Cette décision n'est pas passée inaperçue des spécialistes de Windows et de Microsoft, en particulier du fait de ses agissements passés sur le marché des navigateurs - sanctionnés par le régulateur européen notamment.

La supériorité revendiquée de Edge sur les autres navigateurs suscite par ailleurs un certain scepticisme. Paul Thurrott, un expert reconnu de Windows, ne manque pas d'ironiser sur Twitter au sujet de cette décision de Microsoft.


En mars dernier, Microsoft tentait une manoeuvre pour favoriser l'utilisation de son navigateur Edge au sein de Windows 10. Dans une version test de l'OS, les liens cliqués depuis un mail dans Courrier ou Mail (l'application d'email par défaut) s'ouvrait dans le navigateur maison, même si un autre outil était défini par défaut par l'utilisateur comme Google Chrome, Mozilla FireFox ou tout autre navigateur.

"Nous voulons que les gens utilisent notre produit. Devrions nous:
a) Faire un meilleur produit ou b) Ne pas leur donner le choix et leur coincer ce produit inférieur au fond de la gorge ? Ce n'est pas une question normale à poser."

Aujourd'hui, face à la polémique, Microsoft effectue un rétropédalage. La dernière build de Windows 10 propose une option qui permet de choisir entre l'ouverture systématique des liens dans Microsoft Edge ou non. Si la case non est cochée, c'est bien le navigateur choisi par défaut qui ouvrira un lien depuis l'application de messagerie. Reste à savoir si cette option sera maintenue dans la prochaine version finale de Windows 10.
Rappelons que malgré l'intégration de Edge à Windows 10, Microsoft n'a fait aucun progrès dans sa bataille contre la domination de Google Chrome sur Windows 10 PC. La firme de Redmond continue d'essayer de trouver des moyens d'inciter les utilisateurs de Windows de l'essayer.

Jusqu'à présent, les campagnes de Microsoft en matière de sécurité, d'amélioration de l'autonomie et d'intégration avec ses autres applications ont convaincu très peu d'utilisateurs de Windows 10 d'adopter Edge.

Si Windows 10 est devenu la version de l'OS la plus répandue, supplantant ainsi Windows 7, ce développement ne contribue que très peu à la croissance d'Edge (qui représente moins de 5% de parts). Parallèlement, Internet Explorer, le navigateur historique de Microsoft, continue de décliner.

... / ... Lire la suite


Gmail : oui, des tiers lisent vos mails, et vous auriez dû le savoir - par Thoms le 05/07/2018 @ 09:31

Gmail : oui, des tiers lisent vos mails, et vous auriez dû le savoir

Technologie : Google admet que des développeurs tiers puissent lire vos mails. Mais ce sont de gentils développeurs, validés par Google. Et surtout, au lieu de vous plaindre, vous devriez avant tout apprendre à lire. Car tout est expliqué dans la gestion des autorisations de l'outil.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Mercredi 04 Juillet 2018

Oui, admet Google, des développeurs tiers, c'est à dire ne travaillant pas pour Google, peuvent lire vos mails. Mais ce sont de gentils développeurs. Et surtout, au lieu de vous plaindre, vous devriez avant tout apprendre à lire.


"Nous travaillons continuellement pour valider les développeurs et leurs applications qui s'intègrent à Gmail (...), et nous donnons aux administrateurs et aux consommateurs la transparence et le contrôle sur la façon dont leurs données sont utilisées" relève dans un billet de blog destiné à déminer la polémique Suzanne Frey, la responsable de la sécurité de Google.

"Vous pouvez vérifier les autorisations que vous avez accordées à des applications autres que Google et les révoquer si vous le souhaitez" dit-elle. "Pour les utilisateurs de G Suite, les administrateurs peuvent contrôler quelles applications non-Google peuvent accéder aux données de leurs utilisateurs en les mettant en liste blanche".

"Examen automatisé et manuel du développeur"

Google détaille également le processus de vérification qui amène des tiers à travailler sur vos données. On y trouve "un examen automatisé et manuel du développeur", "une évaluation de la politique de confidentialité" et "des tests in-app pour s'assurer que l'application fonctionne comme elle le doit".

Preuve du sérieux de sa démarche, Google affirme avoir déjà suspendu des applications qui ne respectaient pas (ou plus) ces règles.

Hier le Wall Street Journal révélait que si Google avait cessé de scanner les emails des utilisateurs de son service Gmail, ses partenaires avaient les mains libres pour le faire.

... / ... Lire la suite



cadeau.gifSpécial !

Thoms87 , le portail du partage entre Amis tongue


Connexion...
 Liste des membres Membres : 102

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 5

Total visites Total visites: 512212  
Sondage
Que pensez-vous de Thoms87
 
Génial !
Bien
Moyen
Bof...
Résultats
Recherche



Calendrier
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

^ Haut ^