Texte à méditer :  Devenir partenaire et avoir votre bannière ici avec lien vers votre site: Cliquer ICI   
Menu

Fermer Partenaires

Fermer Vos Photos

Fermer Diaporamas

Fermer Tutoriels en Vidéo

Fermer Outils Web

Fermer Panorama

Fermer Articles

Fermer Cours Programmation

Fermer Vidéos

Fermer Informatique Débutants

Fermer Cours en vidéo

Logiciels gratuits

Fermer Bureautique

Fermer Dernières mises à jour

Fermer E-Mail

Fermer Multimédia

Fermer Réseaux

Fermer utilitaires

Ateliers
Créations Thoms87

Liste Privée


Pour s'inscrire vous devez être parrainé
Nouvelles des Amis
home.gifBienvenue sur Thoms87

 

 


Votre site de partage entre Internautes débutants ou expérimentés. Que ce soit pour une toute première initiation ou pour découvrir de nouveaux logiciels, pour progresser ou pour se distraire.
Les principales techniques de l'informatique multimédia, communication, bureautique, photo numérique, vidéo, dépannage, discussion...

Et

Toutes les idées sur le numérique ...

Alors, inscrivez vous c'est Gratuit

S'Inscrire



Les plus beaux sites du Canada


news.gifLes 6 dernières nouvelles


La cyberguerre a besoin de règles. Et de Casques bleus ? - par Thoms le 21/02/2018 @ 11:41

La cyberguerre a besoin de règles. Et de Casques bleus ?

Sécurité : Les cyberattaques seront parmi les premières armes lancées lors des guerres, mais aucune règle internationale n'est en place pour protéger les pays, selon le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Mercredi 21 Février 2018


Pour le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, des règles internationales doivent être établies pour minimiser l'impact d’une guerre informatique sur les pays, alors que les niveaux de menace continuent de grimper. Guterres a fait ces commentaires lundi à l'Université de Lisbonne au Portugal, a rapporté Reuters.

Il avait abordé le même sujet une semaine plus tôt lors du Forum de Munich sur la sécurité, déclarant qu'il était « grand temps » d'avoir une « discussion sérieuse » sur un cadre juridique international pour la guerre cyberguerre.

La prochaine guerre sera d'abord cyber

Le dirigeant de l’ONU a également fait part de ses préoccupations quant à l’augmentation constante du niveau de menace et de l’absence de réponse internationale adéquate.

Cyberguerre et cybersécurité restent à l'honneur depuis les importantes attaques de 2017 comme que le piratage d'Equifax, les ransomware WannaCry et NotPetya, ainsi que l'ingérence de la Russie dans les élections présidentielles américaines de 2016, qui a débouché sur l’inculpation de 13 citoyens et trois entreprises russes.

Les retombées des cyberattaques soupçonnées d’avoir bénéficié du soutien d’un gouvernement ont été désastreuses. Plus de 200.000 entreprises à travers le monde n’ont pu accéder à leurs ordinateurs, verrouillés par le ransomware WannaCry. Des centaines d'autres ont été touchés juste un mois plus tard, par une autre souche de malware appelée NotPetya. Les Etats-Unis ont suggéré que ces attaques de rançongiciels émanaient respectivement de la Corée du Nord et de la Russie.

Lors de son discours de lundi, Antonio Guterres s'est dit « absolument convaincu » que la prochaine guerre débuterait par « une cyberattaque massive pour détruire la capacité militaire ... et paralyser les infrastructures de base telles que les réseaux électriques. »

Il a proposé l'ONU comme plateforme pour faciliter le processus de construction de meilleures protections. L'ONU pourrait rassembler des parties prenantes, notamment des gouvernements, des universitaires et des groupes de recherche, leur permettant d'établir des règles qui « garantissent un caractère plus humain » des conflits numériques, tout en assurant qu'Internet demeure un « instrument au service du bien. »

... / ... Lire la suite


Windows 10 : bientôt la fin des mots de passe avec Authenticator - par Thoms le 12/02/2018 @ 11:47

Windows 10 : bientôt la fin des mots de passe avec Authenticator

Sécurité : La dernière preview de l'OS inclut la possibilité de contourner l'authentification par le bon vieux mot de passe. La fonction est pour le moment réservée à Windows 10 S.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Vendredi 09 Février 2018

"Vous ne supportez pas de devoir entrer à chaque fois votre mot de passe ? Nous aussi. Les mots de passe ne sont pas pratiques et peu sécurisés". La position de Microsoft sur la question est claire et l'éditeur souhaite permettre à l'utilisateur de son OS de contourner cette plaie.


Dans le dernière build de Windows 10 (17093), le géant annonce en effet la fin du mot de passe pour Windows 10 mais pour le moment seulement pour la version bridée S. Pour autant, vu que cette version spécifique à vocation à disparaître et à être remplacé par un mode S inclut dans toutes les autres versions, on peut imaginer que cette nouveauté sera également généralisée.

Pour permettre d'oublier le mot de passe, Microsoft va s'appuyer sur son application pour smartphone Authenticator. Cette dernière permet notamment via Azure de se connecter à un compte Microsoft sans avoir besoin du mot de passe de l’utilisateur. Celui-ci entre simplement son identifiant, puis il reçoit une notification sur son téléphone disposant de Microsoft Authenticator qui lui demande d’approuver la connexion.


Si cette approbation est donnée, le compte Microsoft est déverrouillé et l’utilisateur peut simplement accéder à ses données. Le mot de passe est néanmoins conservé et peut toujours servir d’authentification secondaire, dans le cas où le téléphone n’est pas disponible.

Cette approche sera donc portée pour déverrouiller Windows 10 S. Via Authenticator, un code d'authentification est envoyé qui permettra ensuite de configurer Windows Hello avec un code PIN ou via la reconnaissance faciale.

Rappelons que cette build inclut également un bouton permettant aux utilisateurs de supprimer les données de diagnostic collectées par Microsoft dans le cadre de son processus de télémétrie.

... / ... Lire la suite


VLC 3.0 est dans les bacs - par Thoms le 12/02/2018 @ 11:45

VLC 3.0 est dans les bacs

Application : Baptisée "Vetinari", cette nouvelle mouture du célèbre lecteur multimédia apporte de nombreuses nouveautés

Par La rédaction de ZDNet.fr | Samedi 10 Février 2018

Il aura fallu trois ans de travail pour développer la très attendue version 3.0 de VLC, aujourd'hui enfin disponible pour toutes les plates-formes (Windows, macOS, Linux, Android, iOS, AppleTV, Android TV et même Windows Phone). Elle sera téléchargeable depuis ce vendredi, précise son éditeur français VideoLAN.


Baptisée Vetinari, elle est présentée comme la release la plus importante de l'histoire du lecteur multimédia. En effet, tous le noyau a été réécrit et plus de 1500 bugs ont été corrigés. Cette version attendue de longue date a accumulé de nombreux retards et s'était jusqu'à aujourd'hui dévoilé principalement via des builds expérimentales.

Au programme évidemment, de nombreuses nouveautés sous le capot (l'interface ne change pas). On retiendra :

 

    le support du décodage matériel des vidéos HEVC (High Efficiency Video Coding)
    le support de la clé Chromecast de Google
    le support des vidéos à 360 degrés (l'idée est de porter le lecteur sur les principaux casques de VR) et HDR
    le support du son haute résolution (formats E-AC3, TrueHD ou DTS-HD) et du son 3D
    la possibilité de naviguer dans des support de stockage en réseau (SMB, FTP, SFTP, NFS...)
    nouveau moteur pour les sous-titres

... / ... Lire la suite


LibreOffice 6.0 : nouveautés et interopérabilité - par Thoms le 01/02/2018 @ 09:37

LibreOffice 6.0 : nouveautés et interopérabilité

Open Source : Pour sa septième année d’existence, le projet LibreOffice s’offre une sixième version disponible aujourd’hui au téléchargement. Cette nouvelle version de la suite bureautique apporte son lot de nouvelles fonctionnalités.

Par Louis Adam | Mercredi 31 Janvier 2018

Trois ans après sa dernière version 5,0, LibreOffice fait peau neuve dans une nouvelle version 6,0 mise en ligne aujourd’hui. Pour ceux qui ne connaîtraient pas LibreOffice, il s’agit d’un fork d’OpenOffice, la solution de bureautique libre largement utilisée pour ceux qui rechignent à utiliser un équivalent commercial tel qu’Office 365. LibreOffice a été initié sur la base d’OpenOffice, après le rachat de Sun Microsystems par Oracle. 

Cette nouvelle version de LibreOffice apporte une flopée de nouvelles fonctionnalités touchant à divers aspects du logiciel. La liste est longue et le changelog complet peut être retrouvé ici. Mais on peut déjà mettre en avant la possibilité de créer des formulaires PDF en laissant certaines entrées vides pour l’utilisateur, la rotation d’image à la main dans l’éditeur de texte ou encore de nouvelles variantes pour la metabarre. Le correcteur orthographique de Writer a également été amélioré et prend mieux en compte les formulations parfois un peu complexes.

Mais l’essentiel des améliorations semblent avoir pris place sous le capot : la Document fondation, qui édite LibreOffice, indique en effet que cette nouvelle version dispose d’une meilleure prise en charge des formats tiers ainsi que les standards. Ainsi, LibreOffice permet d’exporter directement un document vers le format .epub, le format standard utilisé pour les documents destinés aux tablettes électroniques et aux liseuses.

Outre cet effort sur l’interopérabilité, LibreOffice incorpore également de nouvelles fonctionnalités dédiées au chiffrement des documents : il est ainsi maintenant possible de signer des documents ODT avec une clef OpenPGP. Le chiffrement complet des documents a également été amélioré, mais nécessite néanmoins l’installation de GPG sur la machine.

L’interface a été également revue afin d’harmoniser celle-ci avec celle du projet LibreOffice en ligne, version cloud de LibreOffice. Comme pour Office 365, cette solution permet d’installer et d’utiliser LibreOffice sur un serveur distant. Celle-ci avait fait son apparition avec la version 5,3 de LibreOffice et la version 6 est maintenant l’occasion d’harmoniser les différentes versions.

La Document Fondation conseille néanmoins aux entreprises qui souhaiteraient utiliser LibreOffice de rester sur la version 5.4.4, l'actuel version support longue durée du projet.

... / ... Lire la suite


Spectre : quand les correctifs d'Intel doivent être corrigés par Microsoft - par Thoms le 30/01/2018 @ 11:28

Spectre : quand les correctifs d'Intel doivent être corrigés par Microsoft

Sécurité : Les failles Meltdown et Spectre des processeurs ont été gardées secrètes pendant plusieurs mois. Et malgré le temps de préparation dont a en principe bénéficié Intel, ses correctifs se révèlent problématiques. Microsoft a publié en urgence des patchs annulant les patchs d'Intel.

Par Christophe Auffray | Lundi 29 Janvier 2018


En juin 2017, Google avait alerté Intel de l'existence de vulnérabilités au sein des processeurs. Un embargo avait alors été imposé pour éviter que des tiers malveillants n'exploitent ces failles avant le déploiement de correctifs.

Les principaux acteurs de l'industrie technologique ont donc bénéficié de plusieurs mois pour corriger ces failles au niveau même de la conception des processeurs. Et manifestement, ce sursis était encore trop court. A moins qu'il n'ait simplement été mal exploité.

Des patchs Intel désactivés dans Windows

Les correctifs déployés par Intel ne se montrent pas satisfaisants à bien des égards, notamment en raison de l'impact sur les performances. Récemment, le fondeur a poussé une mise à jour du microcode pour remédier à la variante 2 de Spectre.

Problème : son installation entraîne des redémarrages plus fréquents et modifie de manière imprévisible le comportement du système. Microsoft a pu constater ces effets de bord auprès des utilisateurs de sa plateforme Windows.

L'éditeur signale que, selon sa propre expérience, l'instabilité du système peut provoquer dans certaines circonstances une perte de données ou sa corruption. En réaction, il a donc publié en urgence ("out of band") durant le week-end sa propre mise à jour.

 Celle-ci vient désactiver les mesures d'atténuation prévues pour la vulnérabilité Spectre, mais remédie surtout à l'instabilité de Windows et notamment ses redémarrages intempestifs. Le patch de Microsoft couvre les clients et serveurs sous Windows 7 (SP1), Windows 8.1 et Windows 10.

Les utilisateurs avancés disposent d'une autre option leur permettant d'activer et désactiver manuellement la protection contre la faille Spectre Variante 2. Elle requiert des modifications de la base de registre, détaillées par Microsoft.

... / ... Lire la suite


Polaris : Microsoft travaille à une version "moderne" de Windows 10 pour PC - par Thoms le 29/01/2018 @ 12:04

Polaris : Microsoft travaille à une version "moderne" de Windows 10 pour PC

Technologie : Architecture modulaire et applications Universal Windows Platform sont à la base de cette nouvelle mouture de Windows 10 qui serait sur les rails pour 2019.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Vendredi 26 Janvier 2018



Polaris, une nouvelle déclinaison de Windows 10, serait préparé par Microsoft pour 2019 affirme Windows Central. D'abord nommé "Andromeda OS", ou encore "Windows Core OS", le projet Polaris serait conçue pour fonctionner sur l'ensemble des form factors actuels : PC de bureau, PC portable, ou encore 2-en-1. Une architecture modulaire donc. 


Ses spécificités seraient en plus de ne pas utiliser tout le code du Windows 10 actuel, et de ne faire tourner que les applications universelles. Bref, fini les problèmes de compatibilité avec les applications Win32, on repart de zéro, avec une sécurité mieux prise en compte, et un système peu énergivore.

A l'heure actuelle les différentes versions de Windows 10 ont toutes deux points communs. D'une part, le noyau, dit OneCore. D'autre part les applications universelles, dites UWP (Universal Windows Platform). Les applications Win32 ne sont gérées que par les versions pour PC.

Un nouveau Windows 10 S ?

Windows 10 Polaris ne remplacerait pas le Windows 10 actuel mais serait une nouvelle version alternative à celles vendues actuellement. Rappelons que la version Windows 10 S elle aussi n'accepte que l'installation des applications UWP. Problème, le Windows Store où l'on trouve les applications UWP est assez peu fourni.

Autre problème, le code actuel de Windows 10 est utilisé pour l'explorateur de fichiers actuel. Il faudra donc que les ingénieurs de Microsoft développent un nouveau système pour fonctionner sur le projet Polaris.

... / ... Lire la suite



cadeau.gifSpécial !

Thoms87 , le portail du partage entre Amis tongue


Connexion...
 Liste des membres Membres : 101

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 3

Total visites Total visites: 480060  
Sondage
Que pensez-vous de Thoms87
 
Génial !
Bien
Moyen
Bof...
Résultats
Recherche



Calendrier
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

^ Haut ^